Mon compte
Panier
Vous avez  0  article

La reliure

                  
             Fabrication du livre
   

     
                   
                                     
                        Un atelier de reliure                                                                                           Table de brochage


     Le dessin ci-dessus présente un atelier de reliure dans lequel quatre ouvriers sont occupés à différentes tâches. 
 
     A gauche devant le marbre à battre posé sur un billot, un ouvrier est occupé à effectuer une battue à l’aide d’un marteau. Battre les reliures était un travail pénible. Cette opération permettait de donner un dos rond au corps d’ouvrage.
 
     Derrière lui une femme appelée couseuse ou brocheuse est assise et travail à la table à brocher. Il existe aussi de petits cousoirs que l’on pose sur le plan de travail. Cette fonction est très importante car elle assure la liaison qui donne la tenue aux cahiers.
 
     De dos, un autre ouvrier est employé sur le banc de presse à rogner dressant la tranche d’un ouvrage. Le rognage du volume consiste à égaliser la dimension des feuilles du corps d’ouvrage avant battue. Cette opération a été remplacée par l’utilisation du Massicot.
 
     Tout à droite, un relieur s’active à serrer une pile de volumes séparés par des ais dans une presse à vis.


 
 
   Presse à percussion
 
 
     Ci-contre cette configuration est l’évolution directe de la presse à vis en bois visible dans le dessin au dessus.

     La traverse supérieure appelée aussi plateau ou sommier d’écrou, malgré sa forte section se cintre à force d’emploi tant l’effort est conséquent. La réalisation de la presse en fonte sera l’étape suivante de l’évolution de cet appareil.                                                                                                                                                                                                                           
 
                                               


 
 



 
     L’utilisation d’une vis en acier conjointement à l’adjonction d’un volant à inertie avec choc en butée (d’ou le nom de percussion) a permis d’augmenter de façon sensible les capacités de serrage.
 
     Cette innovation a permis de faire un travail de meilleure qualité tout en facilitant la tâche. Ce fut un progrès technique certain.
 


 
                     Mécanisme de presse à percussion
 
Rogneuse volante
 
 




    Page     


Conditions générales de vente Livraison & Frais de port Paiement en ligne sécurisé Notice légale Liens
Création site e-commerce