Mon compte
Panier
Vous avez  0  article

Moulins à papier ancestraux

    Fabrication du papier
 
     A l’origine le papier était fabriqué à la feuille dans des moulins car l’eau nécessaire à la production servait aussi de force motrice pour les différentes machines entrant dans la chaine fort simple de la fabrication de la pâte à papier. Le procédé de fabrication resta pratiquement inchangé jusqu’à la révolution industrielle.
     
     La matière première jusqu’au XIXe siècle était composée essentiellement de vieux chiffons dont la collecte et la livraison en étaient assurées par le travail des chiffonniers. Puis vint du bois écorcé, des plantes fibreuses, lin, chanvre et parfois certaines déjections d’herbivores non ruminant. 
 
     Un de ces papiers était remarquable parait-il...pour emballer les confiseries.
 
 
 
    Les différentes étapes :
 
 
   


 
     Délissage : évacuation des éléments indésirables tels que boutons, agrafes et démontage des coutures, ou écorçage et défibrage dans le cas du bois.
 



                                  Salle de délissage.

   

 
 
     Mise en cuves dans le pourrissoir où les chiffons étaient régulièrement arrosés durant deux à trois mois environ.
 
     Découpés ensuite, sous le nom de coupade : débit des chiffons en petits morceaux de 10 x 20 centimètres, ces coupades étaient mises en piles. 
           
                                                                                                                                                           Pourrissoir

 

 


 
     Les piles de coupades étaient ensuite disposées aux maillets où le défibrage et l’affinage par pilonnage durant deux à trois jours étaient exécutés par des maillets mus par un système de cames afin d’obtenir la pâte à bois.
 

                   
                                                    
                        Moulin à maillets

 
   

      Après le chauffage de la pâte, commençait la fabrication de la feuille à l’aide d’un châssis et d’une trémie appelée forme que l’on retournait sur un feutre. Le tout était ensuite empilé.
 
   Lorsque les piles appelées porces atteignaient cent feuilles, celles-ci était pressées afin d’essorage pour en retirer environ les 4/5e de l’eau contenue.
                                                                                                                                               
                                                                                                                           Cuve à ouvrer et presse                                      


 
 
     
     On peut voir ici l’ouvrier étendeur de porces étendant les pages permettant le séchage complet qui durait deux à trois jours.
 
     On aperçoit aussi deux ouvrières l’une tenant son ferlet sur une porce collée, l’autre séparant les feuilles pour les jeter sur le ferlet.                                                        
                                               

                                                Étendoir



 

     
     Salle de finition manuelle. Ici on pratique les opérations d’épluchage, de lissage, de pliage, de comptage. Cette opération se faisait par paquet de 25 feuilles égales à une main.
 
                                                                                                                       


                                                                                    Salle de finition






    Page     

Conditions générales de vente Livraison & Frais de port Paiement en ligne sécurisé Notice légale Liens
Création site e-commerce